La décolonisation du Congo belge. La gestion politique des vingt-quatre derniers mois avant l’indépendance Juillet 1958 – Juin 1960

12,00

Les discours prononcés le 30 juin 1960 à Léopoldville lors de la cérémonie de la proclamation de l’indépendance, l’un par le souverain belge Baudouin Ier et, l’autre, par le Premier ministre congolais Patrice Lumumba, constituent l’image dominante de la décolonisation du Congo belge. Ce jour-là, les deux hommes défendirent chacun leur lecture de la colonisation, un exercice qui exposait des vues diamétralement opposées. Mais l’intérêt commun de ces discours est qu’ils présentent les arguments des Belges et des Congolais à la base de la décolonisation. Leurs échos se font encore entendre de nos jours parce que le présent fait face à l’histoire qui le contamine.
Dès juillet 1958, la situation politique du Congo belge se modifia à un rythme soutenu et cela ne s’arrêta plus. À l’initiative du ministre Léon Pétillon, une commission constituée de sept personnalités belges reçut du gouvernement belge la mission de recueillir les aspirations et les vues de la « population blanche et noire du Congo ». Aucun Congolais n’en faisait partie, une absence durement ressentie par les colonisés. Début novembre 1958, Pétillon quitta le gouvernement, malgré l’opposition du roi. Cet ancien gouverneur général promu ministre des Colonies, observait qu’aucun changement ne paraissait plus possible. Son successeur Maurice Hemelrijck, perçu au départ comme un habile diplomate, créa la polémique parce qu’il exigeait l’amélioration des relations sociales entre Blancs et Noirs. Il démissionna début septembre 1959, se sentant impuissant face à l’impasse dans laquelle la Belgique se trouvait. Au Congo, les opinions étaient devenues irréconciliables et la Belgique, acculée, octroya l’indépendance sans en avoir clairement défini les contours. Tout était à discuter, tout était à marchander, sous l’effet de la colère des uns et de l’anxiété des autres.
Entre juillet 1958 et juin 1960, tout allait donc se décider. La rapidité et la multiplicité des interventions politiques émaillèrent une décolonisation tardivement déclenchée qui traduisait le refus d’une main tendue par les coloniaux aux colonisés pour qui « les jours du colonialisme étaient révolus ». L’indépendance fut le résultat d’un chaos…

Cet ouvrage est un récit chronologique, portant sur des faits précis, étayés par une iconographie adaptée. L’auteur n’interprète pas, mais puise dans les attitudes et les témoignages des principaux acteurs de l’indépendance de la République démocratique du Congo dont est commémoré en 2020 le soixantième anniversaire.

Additional information

Weight 150 g