Congo, l’État en morceaux

31,00

La République démocratique du Congo, décentralisée depuis 2006, s’est vue davantage découpée en 2015, avec la partition de six de ses onze provinces en vingt et une nouvelles unités, pour un total de vingt-six provinces. Vu les compétences exclusives des provinces dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et du développement rural, leurs compétences conjointes avec l’État central dans de nombreux autres domaines, et les liens formels et informels profonds qui lient les élites provinciales au pouvoir central, ce découpage fut bien plus qu’une réforme administrative. Malgré l’échec déjà bien documenté des réformes de décentralisation au Congo, le découpage a non seulement eu un profond impact sur la politique congolaise (pas nécessairement celui escompté d’une gouvernance de proximité), mais il a aussi été révélateur de mécanismes souvent cachés par lesquels le pouvoir et les ressources circulent en RDC.

Cet ouvrage collectif analyse plusieurs dimensions du découpage depuis 2015, avec une attention particulière aux relations politiques entre provinces et pouvoir central, à l’informel, aux variations de capacité entre provinces, à la gouvernance (y compris de certains secteurs tels que les mines ou l’éducation), aux évolutions identitaires produites par le découpage et aux élites politiques. Le livre offre des grilles de lecture qui devraient permettre aux observateurs de la politique congolaise de mieux comprendre les développements en cours et les enjeux, au niveau provincial et dans la relation entre le provincial et le national.

 

Les directeurs du volume

Balthazar Ngoy Kimpulwa était professeur associé à l’Université de Lubumbashi, faculté des Sciences sociales, politiques et administratives et chef du département des Sciences politiques et administratives ; il est décédé le 13 décembre 2020 juste après avoir clôturé cet ouvrage.